webinar open banking / open finance épargne

De l’Open Banking à l’Open Finance : innovation continue dans l’épargne et le patrimoine

C’est bien connu, l’Open Banking ouvre de nouvelles opportunités aux acteurs des services financiers et permet l’émergence de nouveaux modèles économiques. L’accès à la donnée financière au-delà du périmètre établi par la directive “DSP2” représente aujourd’hui un terrain fertile pour innover dans les services d’épargne et de gestion de patrimoine.

Pour en témoigner, le 8 juillet dernier Budget Insight en partenariat avec Finance Innovation, Harvest, Moka et Deloitte organisait un débat d’experts sur les dernières tendances du marché, la mise en œuvre de l’Open Banking / Open Finance, et les cas d’usages innovants.

Ce webinar animé par Julien Maldonato, Associé Industrie Financière chez Deloitte réunissait 3 experts de la transformation de l’épargne et de la gestion de patrimoine :

  • Delphine Asseraf, Directrice Générale Déléguée – Harvest
  • Maxime Le Maître, Country Lead – Moka
  • Bertrand Tillay-Doledec, Head of Product – Budget Insight

 

Voici les grandes lignes à retenir de ce débat d’experts disponible en replay.

 

La transformation du marché de l’épargne est extrêmement large et s’accélère avec l’Open Banking et l’Open Finance.

 

Le secteur de l’épargne et du patrimoine est en perpétuel mouvement et bouge encore plus vite depuis l’arrivée récente de nouveaux courants Open Banking et Open Finance. Les impacts sont très larges puisque toute la chaîne de valeur et la filière de l’épargne sont potentiellement transformées par ces nouveaux leviers technologiques. L’étendue de cette transformation, est illustrée par 10 types d’innovation identifiés sur le marché de l’épargne et catégorisés selon la méthode de Doblin par Julien Maldonato, Deloitte.

 

 nnovations Epargne
10 types d’innovation sur le marché de l’épargne – Classification via la méthode Doblin – Deloitte

 

 

Face aux attentes des épargnants en quête de performance mais aussi de sens et de personnalisation, la technologie d’Open Banking agit comme un catalyseur pour réinventer les produits d’épargne et l’expérience.

 

Impacté par des baisses de rendement et des produits vieillissants comme le livret A, le marché manque d’appétence en particulier auprès des jeunes générations. Les acteurs intermédiaires comme les clients finaux sont à la recherche de performance, de sens et de nouvelles expériences.

Comme d’autres secteurs, l’épargne n’échappe pas au besoin de personnalisation. Les épargnants de plus en plus en quête de sens ont besoin de réponses face à leurs nouveaux projets de vie, leurs préoccupations environnementales et de pédagogie pour mieux comprendre. L’épargne doit s’adapter à leur profil de risque et aussi à leur projet de vie.

 

« Il faut apporter des réponses pour personnaliser au mieux une solution en fonction des volontés de l’épargnant. Il y a une nécessité de flécher l’épargne sur l’économie réelle et sur ce qui fait du sens. » Delphine Asseraf, Harvest

 

Face à ces besoins, la technologie, l’Open Banking et l’accès à la data apportent des solutions innovantes à tous les niveaux. Cette technologie agit comme un catalyseur permettant de réinventer les produits d’épargne et l’expérience des intermédiaires comme des épargnants.

 

« La technologie agit comme un catalyseur. Sans technologie, il devient très complexe d’opérer et de répondre aux besoins de personnalisation. » Delphine Asseraf, Harvest

 

« La technologie intervient à tous les niveaux de l’innovation : rendre accessible les produits, en réduisant les barrières à l’entrée, repenser le parcours d’inscription en ajoutant de la gamification et créer une expérience plus pédagogique et personnalisée. » Maxime Le Maître, Moka

 

« La réponse technologique passe souvent par l’accès à la donnée. On dit souvent que la donnée est le pétrole du XXIe siècle. Or cette donnée peut être servie très brute, ou elle peut être “raffinée” pour permettre une innovation plus rapide. C’est aujourd’hui l’objectif de la plupart des acteurs de l’open banking » Bertrand Tillay-Doledec, Budget Insight

 

« Comme les néo-banques, il y a quelques années, ont poussé les banques à réinventer leurs produits et à repenser l’expérience. Un phénomène similaire pourrait se produire sur le marché de l’épargne avec des super app financières » Maxime Le Maître, Moka

 

La mise œuvre de l’Open Banking / Open Finance n’est pas simple pour des raisons liées à la technologie mais aussi à la réglementation. S’entourer des bons acteurs est la clé du succès.

 

Le chemin de la transformation n’est pas simple même pour ceux comme Harvest qui s’y sont engagés il y a longtemps. Pour réussir il faut s’appuyer sur les bons acteurs pour arriver à maîtriser la technologie, innover en dépassant la complexité et mettre en place les outils adaptés.

 

« Le sujet important est de trouver les bons acteurs. Il se trouve que l’on travaille avec Budget Insight depuis 2017. Ensemble, nous avons su dépasser cette complexité technologique et mettre en place des outils solides. » Delphine Asseraf, Harvest

 

L’Open Banking est porté principalement par la réglementation DSP2, directive touchant essentiellement les services de paiement. En conséquence, le fait que les comptes d’épargne demeurent en dehors de cette réglementation ne facilite pas la mise en œuvre de l’Open Banking sur le marché de l’épargne. La demande étant forte, le recours à d’autres canaux devient nécessaire.

 

« Sur l’ensemble des comptes agrégés par Budget Insight, 65% sont des comptes épargne, cela montre bien un réel besoin d’agrégation de ces comptes. » Bertrand Tillay-Doledec, Budget Insight

 

L’autre problématique rencontrée est le manque de normalisation de l’accès à la donnée.

 

Contrairement aux idées reçues, la directive DSP2 n’oblige pas à créer des API pour normaliser cet accès aux données entre les différents comptes, elle demande seulement aux banques de fournir un canal d’accès sécurisé à leurs données. Ce canal peut par exemple être une réplication du site internet de l’interface bancaire. Cette absence de normalisation est clairement un frein à l’usage de l’Open Banking. Elle complexifie la mise en œuvre et rend nécessaire un travail important de traitement des données.

 

« Aujourd’hui nous échangeons très régulièrement avec les groupes d’expert sur la standardisation (Stet, Berlin Group) afin de faire converger les modèles, pour à terme nous concentrer davantage sur l’exploitation de la donnée, plutôt que sur sa normalisation. » Bertrand Tillay-Doledec, Budget Insight

 

Au-delà de la technique, le véritable enjeu est de convaincre les clients et de créer la confiance.

 

Comme pour toute nouvelle rupture technologique, il est important de faire de la pédagogie, de former, d’expliquer afin de créer de la confiance et de montrer le bénéfice direct de la solution pour l’utilisateur. Sur le marché de l’épargne, le fait de passer par des intermédiaires, conseillers en gestion de patrimoine ou professionnels permet de créer de la confiance et de faciliter l’adoption. La confiance et la sécurité sont des enjeux d’autant plus importants qu’il s’agit de données sensibles. Cette notion de sécurité renforce l’importance de travailler avec des acteurs fiables.

« On parle de data sensible concernant nos avoirs financiers. Personne n’a envie de les exposer sur la place publique. D’où l’importance de travailler avec des acteurs fiables sur le sujet pour renforcer cette confiance. » Delphine Asseraf, Harvest

 

Innovation continue dans l'épargne
Webinar Innovation continue dans l’épargne

 

 

L’accès aux données d’Open Banking / Open Finance offre des possibilités infinies et est une source d’innovation incroyable comme en témoignent Moka et Harvest.

Moka, une solution d’épargne simple, automatique et responsable

 

Moka est une solution d’épargne et d’investissement simple, automatique et responsable dont la mission est d’aider le grand public et les jeunes en particulier à atteindre leurs objectifs financiers. Les données transactionnelles sont au cœur du fonctionnement de son application. Elles permettent à Moka de maximiser l’impact sur la vie des utilisateurs, de simplifier l’expérience et de rendre son produit le plus inclusif possible. Grâce à la donnée transactionnelle, Moka est capable de mieux comprendre les profils d’épargnant de ses utilisateurs, et de proposer des solutions adaptées aux jeunes générations, comme l’investissement dans des fonds ISR.

 

L’accès aux données transactionnelles est également indispensable à la fonctionnalité de l’arrondi qui fait le succès de Moka au Canada depuis 4 ans et désormais en France. Moka est un service d’investissement socialement responsable, disponible sans aucune connaissance financière ni mise de départ, avec un rendement annuel de 2,5 à 5%.

 

« L’arrondi est une méthode d’épargne simple, à la portée de tous et qui permet de transformer chacune de vos dépenses en opportunité d’épargne. C’est indolore et cela permet en moyenne de mettre de côté entre 10 et 15 euros par semaine pour commencer à épargner » Maxime Le Maître, Moka.

 

« Les utilisateurs de l’application commencent avec l’arrondi et ajoutent ensuite des dépôts récurrents hebdomadaires. Ils épargnent en moyenne 2000 euros par an avec Moka. » Maxime Le Maître, Moka

 

MoneyPitch, le portail patrimonial et collaboratif d’Harvest

 

De son côté, avec MoneyPitch, Harvest offre un portail unique permettant de visualiser l’intégralité des contrats d’un client détenus par un Conseiller en Gestion de Patrimoine et ceux détenus par des organismes extérieurs. L’avantage pour l’utilisateur est d’avoir une vue consolidée de l’ensemble des supports : assurance vie, compte titres, PEA, épargne salariale, épargne retraite. L’outil fournit aussi des indicateurs sur la plus-value, la moins-value sur la période et pour ceux qui le souhaitent, il est possible d’ajouter un audit de portefeuille.

 

« Les bénéfices pour le client final sont de mieux comprendre là où il a investi et d’être plus mature dans sa discussion avec son conseiller. Deux tiers de nos utilisateurs se connectent au moins une fois par semaine. Cela montre bien l’intérêt de la solution. » Delphine Asseraf, Harvest

 

Les bénéfices de MoneyPitch pour le conseiller ne sont pas moindres. L’application mobile devient un nouveau canal de communication sécurisé pour échanger des documents, elle permet de renforcer le lien de l’utilisateur avec son conseiller et de valoriser son conseil d’expert.

 

« On sait que pour 100 euros d’avoir détenus par un conseiller, il y a 300 euros détenus à l’extérieur. Grâce à une vision globale, le conseiller peut intervenir et proposer des arbitrages et se placer comme l’architecte de l’épargne du client. » Delphine Asseraf, Harvest

 

 

L’augmentation de la proposition de valeur passe avant tout par une vision 360 du client et par l’international.

 

Vision 360 du client

Les experts de notre panel sont unanimes, pour créer un maximum de valeur il faut être en mesure de couvrir l’intégralité du patrimoine du client et suivre toutes les tendances du marché, notamment les SCPI et les crypto-monnaies.

 

« Les cas d’usages liés à l’épargne collective connaissent la plus forte croissance. Nous avons développé les premiers connecteurs de comptes d’épargne retraite et d’épargne salariale il y a deux ans. Aujourd’hui ils représentent 100 000 connexions, avec 20% de croissance mensuelle depuis cette année pour certains clients. » Bertrand Tillay-Doledec, Budget Insight

 

« Qui dit vision 360 du client, dit captation de tous les comptes et pas uniquement ceux du conseiller qui propose la solution Moneypitch. Aujourd’hui un client final sur deux agrège des comptes dits externes, c’est-à-dire en dehors du périmètre du conseiller avec en moyenne 17 contrats agrégés. » Delphine Asseraf, Harvest

 

Développement International

Le développement à l’international est également un levier indispensable pour créer de la valeur et contribuer à cette vision 360, car les clients au patrimoine élevé diversifient leurs portefeuilles sur des supports à l’étranger. Il est important de leur permettre de suivre leurs investissements.

 

« C’est pourquoi après la Belgique et le Luxembourg, Budget Insight se développe en Italie, en Espagne et en Allemagne. » Bertrand Tillay-Doledec, Budget Insight

 

L’expansion européenne est au cœur de la stratégie de Budget Insight, d’Harvest comme de Moka pour mieux servir les clients et générer la croissance de demain. Chacun affichant l’ambition de devenir un champion Européen, le développement dans des pays clés (Belgique, Luxembourg, Allemagne et Europe du sud) est une priorité de leur roadmap 2021/2022.