Les nouveaux modèles économiques des API

Clairement, la PSD2 est vue comme une contrainte par une majorité de banques. Elle donne un cadre légal à leur désintermédiation, à ses frais, et sans contrepartie financière directe.

Néanmoins, c’est elle qui va les sauver. C’est la PSD2 qui va permettre à un grand nombre de banques de disposer d’un système d’API Management, pour exposer leur API PSD2, mais qui est prêt à exposer d’autres types d’API qui, elles, seront monétisables.

L’avenir de la banque est financé par un budget compliance.

L’OpenBanking ne s’arrête pas à l’exposition des données. Les ASPSP ont l’opportunité d’exploiter le monde d’API qui s’ouvre à eux pour proposer leurs propres produits bancaires sous forme d’API, et ainsi toucher de nouveaux prospects.

Un exemple simple peut être la mise à disposition d’une API de souscription de crédit, qui peut être utilisé par les agences immobilières ou les concessionnaires automobiles. La banque peut également être un provider d’identité, en capitalisant sur le KYC de ses clients.

Les sociétés, dans le secteur des paiements ou non, investissent de plus en plus dans des API et affichent des résultats impressionnants. Selon un rapport du BCG, Salesforces.com génère 50 % de ses revenus via ses API, eBay, 60 % et Expedia, 90 %.

Incontestablement, l’usage généralisé d’API dans les relations entre acteurs économiques est une étape de plus vers un monde ouvert et interconnecté et les enjeux induits par cette technologie sont réels.